On dit que les machines ne se reproduisent pas, ou ne se reproduisent que par l'intermédiaire de l'homme, mais « y a-t-il quelqu'un qui puisse prétendre que le trèfle rouge n'a pas de système de reproduction parce que le bourdon, et le bourdon seul, doit servir d'entremetteur pour qu'il puisse se reproduire ? Le bourdon fait partie du système reproducteur du trèfle. Chacun de nous est sorti d'animalcules infiniment petits dont l'identité était entièrement distincte de la nôtre, et qui font partie de notre propre système reproducteur ; pourquoi ne ferions nous pas partie de celui des machines ? ... Ce qui nous trompe, c'est que nous considérons toute machine compliquée comme un objet unique. En réalité, c'est une cité ou une société dont chaque membre est procréé directement selon son espèce. Nous voyons une machine comme un tout, nous lui donnons un nom et l'individualisons ; nous regardons nos propres membres et nous pensons que leur combinaison forme un Individu qui est sorti d'un unique centre d'action reproductrice. Mais cette conclusion est anti-scientifique, et le simple fait que jamais une machine à vapeur n'a été faite par une autre ou par deux autres machines de sa propre espèce ne nous autorise nullement à dire que les machines à vapeur n 'ont pas de système reproducteur. En réalité, chaque partie de quelque machine à vapeur que ce soit est procréée par ses procréateurs particuliers et spéciaux, dont la fonction est de procréer cette partie-là, et celle-là seule, tandis que la combinaison des parties en un tout forme un autre département du système reproducteur mécanique... » (Samuel Butler)

Si donc on devait vraiment donner une idée de ce qu'Asinamali est en ce moment, cela pourrait peut être ressembler à un devenir-animalcule qui tente de s'accrocher aux roues de machines capables d'amener ailleurs, où à une machine qui alimente des trèfles, où à de la ferraille qui cherche à tout prix d’éviter de devenir machine car elle aime bien rester de temps en temps sous la pluie...