• Image of Carmine Mangone - Glisser une main entre les jambes du destin
  • Image of Carmine Mangone - Glisser une main entre les jambes du destin
  • Image of Carmine Mangone - Glisser une main entre les jambes du destin
  • Image of Carmine Mangone - Glisser une main entre les jambes du destin
  • Image of Carmine Mangone - Glisser une main entre les jambes du destin

Quatrième de couverture
« Un tas de gens s’installe confortablement dans une unité linguistique supposée et une sclérose prématurée du caractère. On construit un système de principes qui ne sont jamais intimement légalisés, et qui ne sont autres qu’une abdication au mot, au concept verbal de forces, des forces antagonistes servilement placées. Ainsi, le devoir, la morale, l’immoralité et l’amoralité, la justice, la charité, le jour et la nuit, les épouses, petites amies et amies, l’armée et la banque, le drapeau et l’or états-unien ou moscovite, deviennent comme des dents ou des cheveux, une chose acceptable et fatalement incorporée, une chose que l’on ne vit ni analyse, car elle est ainsi, elle nous intègre, nous complète et nous renforce. »
(Julio Cortázar)

À l’inverse, l’œuvre de Carmine gagne sans cesse du terrain sur la banalité des lieux communs et des définitions, elle soustrait l’obscénité au règne incontesté de la pornographie et dessine une voie poétique subversive, où la tendresse sans contrepartie et la violence de l’amour total nous portent à saisir l’unité dans toute sa pluralité.
Ce livre a le pouvoir de ne pas se réduire à la facilité d’un cap, il préfère les errances de la pensée aux réponses zélées des employés modèles, il démonte les pratiques qui nous accoutument à la gymnastique de l’obéissance et le fait avec sensualité, en glissant une main entre les jambes du destin.

L'Auteur
Carmine Mangone est né à Salerne le 23 décembre 1967. Poète, penseur et critique des mouvements subversifs, il aborde l’écriture et la pratique de la subversion quotidienne après la découverte du punk anarchiste et la lecture de Max Stirner, Lautréamont et Benjamin Péret. Quant aux métiers, il a tout fait dans sa vie : le plombier, l’apiculteur, le squatteur, l’éducateur, l’éditeur digital pirate etc. Il a aussi traduit du français Benjamin Péret, Raoul Vaneigem, Maurice Blanchot, René Char, Antoine Artaud, Georges Bataille et beaucoup d’autres.

Couverture
Marco Castagnetto:  zenpunkart.com 

Marco est un visual artist de genre, anarchiquement autarcique, obsessive/compulsive et grotesquement serial. Ses œuvres sont comme un immeuble de périphérie : plusieurs personnalités dans une seule cage, des nombreuses contradictions qui sont bien à leur place car elles nous aident à ne pas croire en aucune vérité absolue, les contrastes inévitables et les faux sourires. Parallelement, Marco Castagnetto dessine des scenarios sonores avec le projet T/M/K (entre électro, noir, musique sacrée et industrielle) et avec Shabda (une synthèse psychédélique et arythmique de drone, minimalisme contemporain et greffes de musique hindoustani). Il synthétise l’aspect visuel et sonore de son parcours avec l’expression zenpunk.

Traduction
Virginie Ebongué:  artintrad.com 

Critiques et revues
Novembre 2016 -  Zone Subversives 

Découvrez quelques extraits du livre

Format : 18,6 x 12,4 cm
ISBN : 978-2-9553822-1-9
Prix : 10 euro