GIORGIO AGAMBEN

GOÛT

LE SAVOIR DU PLAISIR, LE PLAISIR DU SAVOIR

Auteur : Giorgio Agamben
Traduction : Paolo Bellomo avec le concours de Cécile Raulet
Format : 18,2 x 12 cm
Pages : 80
Prix : 15 euro
ISBN : 978-2-9589727-0-7
Parution : Septembre 2024

ALLER À LA BOUTIQUE 

QUATRIÈME DE COUVERTURE

L’habitude veut que le goût soit le sens par lequel nous connaissons la beauté et jouissons des belles choses. Derrière l’imperturbabilité apparente de cet adage, Agamben met à nu l’ampleur, tout sauf rassurante, d’une fracture qui divise sans appel le sujet.
À la jonction entre l’acte de connaissance et l’expérience du plaisir, entre la recherche d’une vérité et la jouissance du beau, le goût apparaît comme le savoir que l’on ne sait pas et comme le plaisir dont on ne jouit pas.
Dans la nouvelle perspective tant esthétique qu’économique ouverte par Agamben se dessine une complicité insoupçonnable et inquiétante entre homo aestheticus et homo œconomicus et prend forme, dans toute sa fragilité, la question fondamentale de la théorie de la connaissance : qui est le sujet du savoir ? Qui sait ?
Il en ressort aussi, et ce par l’entremise d’Éros, une ode à la philosophie, dans laquelle l’« amour du savoir » ne peut qu’être aussi un « savoir d’amour », où le goût scelle l’enchevêtrement irrévocable de connaissance et plaisir, de savoir et jouissance.

L’AUTEUR

Giorgio Agamben est l’une des figures majeures de la philosophie de la seconde moitié du xxe siècle. Dans le sillage de Michel Foucault, mais aussi de Walter Benjamin ou d’Hannah Arendt, il a mené une série d’enquêtes généalogiques sur les notions de « dispositif » et de « commandement », élaboré les concepts de « désoeuvrement », de « forme de vie » ou de « pouvoir destituant ».
Il a notamment élaboré le concept d’« état d’exception » comme paradigme du gouvernement dans sa grande œuvre de philosophie politique Homo Sacer (Seuil, 1997-2005), avec laquelle il a marqué un tournant dans la pensée politique contemporaine.

RECENSIONS